Connaissez-vous suffisamment le marché espagnol pour y vendre ?

Nous vous parlerons aujourd’hui du marché espagnol pour que vous puissiez voir, vous TPE, startups et entrepreneurs français, comment exporter en Espagne.

Nous travaillons nous-mêmes sur le marché franco-espagnol, et nous prétendons aider les entreprises françaises à s’étendre sur le marché espagnol. Mais nous souhaitons surtout faciliter l’exportation de vos produits et/ou services en Espagne.

Comment ? Grâce aux informations indispensables et astuces dont vous aurez besoin pour le comprendre et par là commencer à vendre.

Souvent l’information la plus importante pour comprendre les habitudes d’achats des clients potentiels du pays en question, se cache derrière des habitudes, une éducation… et pourtant elle est décisive pour vendre au public espagnol. Nous y reviendrons d’ailleurs dans un prochain article.

Cependant votre première préoccupation en tant qu’entreprises désireuse d’exporter est de connaître la santé économique actuelle du pays pour s’assurer le succès. C’est pourquoi nous vous proposons un état du pays, ainsi que ses perspectives d’avenir pour vous aider à vous implanter sur le marché espagnol.

L’Espagne, un pays attractif pour l’exportation


1/ Exporter en Espagne: une population, grande source de clients potentiels

L’Espagne compte une population en 2015 de 46,6 millions de personnes concentrée en zones urbaines (32% vit en capitales de provinces): Madrid (6.779.528) ; Barcelone (3.759.240) ; Valence (1.618.070) ; Séville (1.459.567) ; Bilbao (1.005.286) ; Malaga (864.931) ; Saragosse (851.342) ; Las Palmas (670.925).

Cependant seulement 22.980.000 de la population totale est une population active. Après une période de baisse jusqu’en 2007, le chômage a fortement augmenté dès 2008 pour exploser en 2009 (18%). Il est aujourd’hui un des taux de chômage les plus élevés en Europe en atteignant 20%. D’ailleurs, la crise ayant entrainé une baisse générale du niveau de vie, un tiers des salariés touchent au maximum 655€ par mois.

Il n’en reste pas moins que la population est relativement jeune et représente un grand potentiel de travail et de croissance. En termes de clients potentiels 16% de la population a moins de 16 ans; 66% se situe entre 16 et 64 ans et seulement 18% se trouve au dessus de 65 ans en 2015. Nous verrons dans une prochaine publication le comportement d’achat des espagnols et l’écart entre leurs salaires et leurs dépenses .

2/ Exporter en Espagne: des infrastructures, source de divers secteurs en croissance

D’un autre côté, l’Espagne a su se doter d’infrastructures les plus avancées ainsi qu’investir sur le I+D en vue de faciliter le développement futur de son économie. Elle se tourne également dans l’investigation et le développement technologiques européens (avec par exemple le Programme de Recherche et Innovation de l’Union Européenne prévu en 2014-2020, doté de 76.880 millions d’euros de provision), ainsi que dans le leadership industriel en Europe en renforçant sa base scientifique, essentielle à la durabilité, prospérité et au bien-être de l’Europe à long terme.

Pour les investisseurs étrangers enfin, l’Espagne représente le second receveur d’IDE de l’UE et son troisième investisseur. Elle offre en ce sens des opportunités d’affaires intéressantes dans des secteurs stratégiques à forte valeur ajoutée. A ce titre se trouvent les TIC, les énergies renouvelables, la biotechnologiel’environnement, l’aérospatiale et l’automobile, en raison de leur environnement concurrentiel attrayant. De la m?me fa?on, le pays bénéficie de secteurs clés notamment dans le tourisme, les services financiers et la production d’huile d’olive (nous y reviendrons plus en détail dans un prochain article).

L’Espagne, une économie amochée qui se relève

Le développement économique espagnol est étroitement lié à l’Union Economique et Monétaire (UEM). L’entrée en 1986 de l’Espagne dans l’Union Européenne s’est accompagnée d’un changement radical du fait de la création du Marché Unique Européen et de l’Espace Economique Européen qui lui ont permis d’étendre son espace commercial grâce à la zone de libre-échange et de libre-circulation dans la zone euro. De la même façon l’Espagne a traditionnellement bénéficié d’aides des Fonds structurels européens et du Fond de cohésion. C’est d’ailleurs un des pays qui en a le plus reçu. De fait, près de 2.500 millions d’euros lui seront versés à travers les fonds FEDER 2014-2020 pour le développement des réseaux transeuropéens de transport. L’Espagne est ainsi devenue la quatrième économie européenne après plusieurs années de croissance et de prospérité économique et l’un des principaux pays leader dans l’implantation de mesures libérales.

Néanmoins l’éclatement de la crise globale et de la bulle immobilière sont venus ralentir les prévisions économiques. Pour une analyse économique détaillée nous vous renvoyons à cet article : « L’Espagne dans la crise globale » cité par Cultureetcroyances.com, correspondant au Bulletin Economique proposé par le site leconomiste.eu, spécialisé dans l’analyse économique.

Nous en tirons les conclusions suivantes pour ce qui nous intéresse. Tout d’abord après six ans de récession, la reprise engagée dans la seconde moitié de 2013 a continué de se renforcer en 2015, la croissance dépassant les 3% du PIB. Au niveau interne, la reprise a été fortement stimulée par une vague de réformes et de programmes d’assainissement bancaire. La création d’emplois et sa nouvelle réglementation ont eux aussi aidé en favorisant de meilleures conditions de crédit, et par là le retour de la confiance des ménages et des investisseurs. Au niveau externe la croissance s’est également vue favorisée par la baisse du prix du pétrole et la reprise en Europe (avec une certaine dépréciation de l’euro). Le tout a relancé la demande intérieure et de fait, la croissance. Et bien que l’activité ait légèrement ralenti en 2016 (2,5%), 2017 promet une remontée favorable.

Conclusion…

Nous retiendrons que L’Espagne représente aujourd’hui une population jeune vivant dans un pays bien adapté aux nouvelles exigences de marché du fait de ses infrastructures, et bénéficiant de divers secteurs stratégiques très attrayants pour les investisseurs étrangers.

De plus les entreprises s’installant en Espagne accident à un marché national attractif de par sa taille et son fort pouvoir d’achat. Mais l’Espagne les aide à s’introduire également sur les marchés de la région d’EMEA (Europe, Moyen Orient et Afrique du Nord) et surtout en Amérique Latine, grâce à sa position géostratégique, sa renommée et la forte présence d’entreprises espagnoles dans ces régions (nous y reviendrons).

Un marché prometteur, à suivre de très près…


Si vous souhaitez plus de détails contactez nous.


Découvrez nos services d’accompagnement physique des entreprises aux évènements, de gestion de clients, de stratégie de communication et gestion de contenus, de traductions, et d’ accompagnement juridique des entreprises en vue de leur implantation.

Connaissez-vous suffisamment le marché espagnol pour y vendre ?
Mot clé :            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *